:: Le Monde ( Zone RPG ) :: Gotham City Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Be well my love ... until we met again

Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Juil - 16:08
J’étais arrivé à Gotham depuis plusieurs jours et l’envie de le revoir me prenait de plus en plus. Nous étions toujours ensemble, du moins marié. Notre dernière rencontre c’était soldé par le don de Damian … quoiqu’il y ait bien eu une fois entre les deux où nous nous sommes croisés et le résultat fut plutôt passionnel et charnel. Ah Bruce quand tu envahis mon esprit je ne peux me défaire de toi. J’eus un sourire en coin. Le revoir serait très bien, nous avions besoin de discuter de plusieurs choses. Je prenais donc le téléphone et prenais rendez-vous avec Bruce Wayne directement à sa chère tour. J’utilisais évidemment un faux nom pour l’occasion me nommant simplement : Krystina Jackson. Je parlais avec sa secrétaire d’une voix douce et calme.

- Krystina Jackson, j’aimerais un rendez-vous d’affaire avec monsieur Wayne … Mon travail ? Je suis PDG dans une entreprise en pleine expansion dans le secteur de la technologie … mardi prochain à 14h, c’est parfait je vous remercie

Je raccrochais la ligne de téléphone le sourire aux lèvres. Surprise je te ferais My love. Je passais donc le reste des journées qui suivaient à me promener dans Gotham, évitant les secteurs où il pouvait se trouver. J’en profitais également pour m’acheter une robe pour l’occasion. Il s’agissait d’une robe longue au dos dénudé jusqu’au rein et avec un décolleté plongeant à l’avant qui s’attachait dans le cou. Cette robe laissait peu de place à l’imagination, mais je n’avais rien à cacher avec lui. On se connaissait si bien. Je profitais aussi de mon temps libre pour acheter une carte et écrire une lettre à Damian. Je me demandais si son père la lirait ? Ça dépendrait de son niveau de soupçon suite à notre rencontre.

Mardi arriva finalement, je me préparais en prenant bien mon temps. Je laissais mes cheveux bruns ondulés librement. Je maquillais mes yeux avec un khôl bien foncé qui mettait en valeur mes yeux verts.  Je me regardais dans le miroir satisfaite de mon apparence. J’enfilais la robe, ne mettant rien dessous pour éviter les démarcations peu flatteuses. Sur ma cuisse gauche, une attache souple comme une jarretelle avec une dague. C’était une vieille habitude d’avoir une arme pour me défendre et elle m’avait bien souvent servis. Une fois mes talons hauts enfilé j’étais fin prête pour notre rencontre. Je descendais de ma chambre d’hôtel pour me rendre dans la voiture avec chauffeur qui m’attendait. Évidemment il ne s’agissait de personne travaillant pour la Ligue. Hors de question de prendre un étranger pour me conduire dans cette ville pourrie et lugubre. Je regardais les voitures autour de nous, les buildings modernes qui côtoyaient ceux en décrépitudes. Les affiches du Régime qui planait au vent. L’ambiance était lourde et la pluie qui tombait sur Gotham n’arrangeait pas les choses. Je jouais légèrement avec les bracelets marocains que j’avais au poignet droit en les faisant tintés. Le stress de le revoir m’envahissait.

J’arrivais finalement à la Tour Wayne qui était impeccable et majestueuse.  Je sortais de ma voiture avec délicatesse marchant rapidement pour éviter de trop me mouiller avec cette pluie froide.  Je poussais la porte avec force en replaçant mes cheveux d’une main habile. Je n’avais pas de sac ni rien. Seulement ma personne. Je me dirigeais ensuite vers l’ascenseur  pour monter au dernier étage. « Dernier étage » disait la voix électronique de cet engin plutôt pratique je dois l’Avouer. Une secrétaire était assise et me regarda de bas en haut. Elle était probablement jalouse. J’ouvrais la bouche la première dans ce cas-ci.

- Krystina Jackson j’ai rendez-vous avec  monsieur Wayne

La secrétaire regarda son horaire à l’ordinateur tout en continuant de me surveiller du coin de l’œil. Pourtant je n’avais rien de suspect. Connaissant mon cher et tendre mari il devait sans doute ramener un nombre incalculable de femmes et je n’allais pas me plaindre de cette situation.

- Vous êtes en avance de 15 minutes madame Jackson … monsieur n’est pas présent encore et

Je l’arrêtais d’un geste de la main délicat. J’avais ma petite idée pour rendre l’effet de surprise à mon cher Bruce.

- Je vais l’attendre dans son bureau ce n’est pas un problème, il peut prendre tout son temps

Avant même que la secrétaire n’ait le temps de dire quoi que se soit j’étais déjà entré dans ce bureau que j’avais vu seulement une fois. Évidemment il y a avait une photo de ses parents, se qui était tout à fait normal quand on le connaît. De nombreux papiers trainaient sur le bureau. Je m’assoyais sur celui-ci en regardant la ville. J’étais ainsi dos à la porte et j’attendais son arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Juil - 11:31

Be well my love...until we met again


Si je pouvais remonter le temps dix ou vingt ans en arrière et me dire à moi-même qu'un jour être Bruce Wayne serait plus plaisant que d'être Batman, je ne me serais pas cru moi-même. Pourtant il était de plus en plus difficile de tenir le rôle auquel je m'étais destiné. Au contraire, là où j'avais toujours vu l'entreprise familiale comme une lourde obligation, elle était désormais une douce façon de me changer les idées. Elle me permettait de prendre le recul nécessaire pour être le meilleur Batman que je pouvais être, même s'il fallait reconnaître qu'en ce moment l'image de Batman n'était pas au beau fixe.

Ce matin, j'avais un rendez-vous avec une certaine Krystina Jackson, ou quelque chose dans le genre. Je n'avais jamais entendu parler de cette jeune femme, aussi restais-je méfiant. Que pouvait me vouloir cette femme? Pour une personne qui venait me voir à la Tour Wayne, cela ne pouvait dire qu'une seule chose: de l'argent. Et bien cette madame Jackson ne me fera pas changer mes habitudes pour me quémander quelques centaines de milliers de dollars. Elle attendrait la fin de mon entrainement quotidien avec mon fils. D'autant plus que c'était l'un des très rares moments où j'arrivais à être avec lui. Ce garçon est décidément un mystère pour moi.

                                  ______________________

Bon d'accord, j'avais peut-être un peu abusé lors de l'entrainement. J'étais en retard pour mon rendez-vous. Nous avions fini l'entrainement à 13h30, le temps de me doucher, de m'habiller et de me rendre à la tour, j'avais une demi-heure de retard. Cette fois, je peux faire une croix sur mon prix d'assiduité et de ponctualité. Ce n'était pas une mauvaise idée tient, peut-être que j'instaurerais ce prix un jour.

J'arrivais enfin à la Wayne Tower. Il me fallait encore prendre l’ascenseur, me faire gronder par Claudia, ma secrétaire, comme si j'avais cinq ans, et accueillir mon rendez-vous dans mon bureau. Quand l'ascenseur annonça "dernier étage", je respirai un grand coup avant d'affronter Claudia. Mon excuse était déjà toute trouvée. La porte s'ouvrit et j'avançais d'un pas décidé vers la salle d'attente sans même accorder un regard à la secrétaire.

-Bonjour, désolé, un repas d'affaire qui s'est éternisé.


Je m'arrêtais net en voyant la salle d'attente vide. Peut-être que madame Jackson avait renoncé au rendez-vous à cause de mon retard. Dans le fond, bon débarras. Claudia n'avait pas dit son dernier mot.

-Il n'y a pourtant aucun déjeuner d'affaire de prévu aujourd'hui.

-Il s'est décidé hier soir assez tard, je ne voulais pas vous déranger, répondis-je agacé.

-Bien, dit-elle suspicieuse, Madame Krystina Jackson, représentante pour une société de technologie et qui n'a pas eu la décence de donner le nom de cette société, a insisté pour vous attendre dans votre bureau et je n'ai rien pu faire contre ça.

Je souris avant de me diriger vers mon bureau. Claudia n'avait jamais aimé les personnes audacieuses, encore moins lorsque ces personnes étaient des femmes qui pouvaient détourner le regard des hommes vers elle. Avant même de voir cette madame Jackson, je pouvais déjà imaginer le genre de femme qui allait bientôt se tenir devant moi. Elle tenterait probablement la carte de la séduction pour tenter d'arriver à ses fins. Mais Bruce Wayne en avait connu des femmes. Des femmes resplendissantes. Il en faudrait beaucoup pour me charmer.

Lorsque j'ouvris la porte, je pus, à ma grande surprise, voir Talia Al Ghul assise sur mon bureau dans une tenue et une position très suggestives. J'étais sincèrement heureux et dubitatif quant à sa présence ici. Mais j'avais fait depuis longtemps le deuil de cette relation. Elle me repousserait toujours sans que jamais rien ne soit fini entre nous. Je la regardais dans sa magnifique robe qui dévoilait ses courbes généreuses. En la voyant ainsi, on aurait dit que le temps n'avait pas d'emprise sur elle, qu'elle était toujours la femme qui avait à peine passé la vingtaine de printemps que j'avais connu bien longtemps auparavant. J'avais encore le goût de sa peau sur les lèvres et son corps à peine caché me rappelait des soirées où ce que j'aimais le plus chez elle savait me réchauffer. Je devais pourtant passer outre les délices charnels qui nous avaient unis et je lui demandai:

-Talia, qu'est-ce que tu fais ici?

Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Juil - 21:21
J’avais perdu la notion du temps à attendre après lui. Après tout, est-ce que Bruce Wayne avait déjà été à l’heure pour un entretien ? J’en doute fortement. Ce cher playboy de mon cœur avait une réputation plutôt impressionnante. Il aimait les femmes, mais sans s’attacher pour autant à elles. J’en étais la preuve, sauf que dans mon cas je me contentais de fuir, étant incapable de choisir entre lui et mon père. Ah … tragique destin qu’est le mien de choisir entre les deux hommes de vie. Je restais dans ma position quand j’entendais la porte du bureau s’ouvrir. Il aurait une sacré surprise en me voyant ainsi. Je tournais la tête pour lui lancer un regard par-dessus mon épaule avec un sourire en coin. Ah my love, tu es toujours aussi charmant quand je te regarde et ton costume Armani ne fait que te mettre en valeur. Je descendais doucement du bureau pour m’approcher de lui de manière féline. Il avait toujours eu de la difficulté à résister et j’aimais m’amuser avec lui. Étant suffisamment proche de lui j’en profitais pour replacer sa cravate qui était un peu lâche et de travers.

- Mais une épouse n’a-t-elle pas le droit de venir rendre visite à son mari ? Tu t’es habillé rapidement mon amour et tu as négligé les détails. Tu me déçois

Je caressais sa joue avec mon index bien manucuré de vernis bourgogne pour ensuite le glisser sur ses lèvres. Si facile et si attractif. Je me dirigeais ensuite vers la fenêtre géante faisant glisser ma main sur son torse. Son corps n’avait pas tant changé depuis le temps que je l’avais vu et je ne pouvais cacher mon sourire. Je n’étais pas une romantique dans l’âme et j’Adorais la relation que nous entretenions, elle était sublime et complexe. Il en avait parlé à son ancien meilleur ami j’en étais certaine. Après tout, les hommes adorent raconter leurs exploits entre eux. Mais lui avait-il dit que nous étions mariés ? J’ai un petit doute sur la chose.
L’avoir vu de si proche me faisait penser que mon fils me manquait. Je n’avais jamais vraiment montré d’amour à Damian. La tête de Démon voyait l’amour comme une perte de temps et une faiblesse. Si seulement mon père savait le bonheur que cela pouvait apporter dans une vie. Je tassais mes cheveux sur le côté et mettais une main dans la vitre en regardant Gotham. Seigneur … cette ville avait tellement changé depuis le début du Régime. Je sentais l’équilibre basculer et tout ça à cause d’un clown qui avait poussé Superman à tuer Lois et son enfant … Terrible tragédie certes, mais l’alien n’avait pas été capable de contrôler ses émotions. Je devrais en glisser un mot à Bruce durant notre entretien, mais pour l’heure les questions d’usage.

- Je vois que tu te portes bien … Comment va notre fils ? Il doit avoir bien grandi depuis la dernière fois que je l’ai vu. Je suis certaine qu’il te ressemble beaucoup.


Je n’avais pas revu Damian depuis que je l’avais laissé à son père. C’était un choix mûrement réfléchis. Je voulais éviter de déstabiliser le pauvre garçon qu’il était ou devrais-je dire … le préadolescent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Juil - 15:19

Be well my love...until we met again


Talia était donc de retour à Gotham City pour me demander des nouvelles de notre fils? J'aurais tant voulu que ce soit vrai. J'aurais aimé pouvoir parler avec elle de Damian, de ses réussites mais aussi des problèmes que je pouvais rencontrer avec lui, qu'elle me conseille sur la façon dont je devais m'y prendre. Mais Talia n'avait pas donné signe de vie à notre enfant depuis le jour où elle l'avait confié à moi. Pas une visite, pas un coup de téléphone, pas une lettre. Pas même pour son anniversaire ou pour Noël. Pourtant, je savais qu'elle manquait beaucoup à l'adolescent. Non, ce n'était pas pour lui qu'elle était revenue. Elle voulait probablement quelque chose. Je devais pourtant jouer le jeu. Peut-être accepterait-elle de revenir dans la vie de celui qu'elle a enfanté, à défaut de revenir dans la mienne.

-Il a beaucoup grandi oui. Mais je crois qu'il te ressemble plus qu'à moi. Il a ton... tempérament de feu. Regarde le.

Je me dirigeais vers mon bureau et ouvris le premier tiroir. Dans ce tiroir se trouvaient de nombreuses photos de tous mes enfants, naturels ou adoptés. Je sortis une photo de Damian que j'affectionnais particulièrement. Cette photo avait été prise le jour de son douzième anniversaire, il y avait quelques mois de cela. On voyait le jeune garçon sourire en ouvrant son cadeau. Ses yeux verts pétillaient et reflétaient la joie. Je crois que c'est l'une des rares fois où je l'avais vu vraiment heureux. Je tendis la photo à Talia.

-Tu lui manques beaucoup tu sais. Parfois je l'entends t'appeler dans son sommeil. Il commence à grandir mais il a encore besoin de sa maman.

Je faillis rajouter "et moi aussi", mais je me retins. Talia était la femme qui avait le plus compté dans ma vie, la seule que j'avais assez aimé pour qu'elle me brise le coeur. Encore aujourd'hui, juste en croisant ses beaux yeux verts, son regard si doux, je savais que je l'aimais toujours. C'était ainsi, je pourrais connaître des dizaines, des centaines de jeunes femmes plus belles les unes que les autres, aucune d'elles ne remplacerait jamais la fille du démon. Elle était profondément ancrée en moi et elle coulait dans mes veines tel un poison vital pour moi. Voilà tout l'oxymore qu'était Talia. La revoir me procurait toujours une certaine sérénité. Pendant un instant, j'avais d'ailleurs tout oublié. Gotham. Superman. Tout cela n'avait plus existé. C'était pourtant essentiel. Une vague d'angoisse m'envahit. Je m'approchais de la jeune femme. J'aurais voulu la serrer contre moi, mais je craignais qu'elle ne me repousse.Elle n'était pas du genre démonstrative, pas à n'importe quel moment en tout cas. A la place je me contentais de poser mes mains sur ses épaules dénudées et de plonger mon regard dans le sien.

-Talia... Tu n'es pas en danger au moins? Tout va bien?


Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Juil - 18:37
Bruce avait toujours eu ce don pour me donner le sourire et me rendre heureuse avec des choses simples comme les paroles qu’il prononçait. Je le regardais aller dans son bureau et sortir une photo de Damian. Il me la donnait  en mentionnant la détresse de notre fils. J’étais une mère horrible, je l’avais réellement abandonné ici avec son père. Mais, est-ce que j’avais réellement eu d’autres choix ? Je me devais de le protéger de Ra’s Al Ghul et c’était d’autant plus vrai maintenant. Je caressais le visage de Damian sur cette photo d’anniversaire où il avait l’air si heureux. Il ressemblait tant à son père physiquement. Je ne pouvais pas retenir les sentiments qui m’envahissaient, du moins pas devant lui. Je portais la photo contre ma poitrine comme si je pouvais le serrer dans mes bras. Je devrais le voir… bientôt, mais avant je me devais de protéger ceux que j’aimais. Superman devenait de plus en plus fort et sa visite en Nanda Parbat en était la preuve.  Visite que je qualifierais de catastrophique.

- Il te ressemble physiquement c’est incroyable … Ce n’était pas possible pour moi de revenir, il aurait été en danger et toi aussi par la même occasion. Je ne pouvais pas me permettre de laisser une telle chose se produire. Je vous aime bien trop, tout les deux, pour ça


Je l’avais dit. Les mots avaient fuient ma bouche pour se rendre directement aux oreilles de Bruce. Oui, je les aimais plus que tout, ils étaient les hommes de ma vie, ceux qui avaient une place des plus prenantes et spéciales dans mon âme. L’amour que je portais au Chevalier Noir me brûlait comme une blessure au fer rouge et pour Damian c’était un amour sans limite d’une mère à son fils. Mon père ayant disparut pour aller je ne sais où, j’étais libre de faire se que je voulais de la Ligue. Un choix dangereux, mais je ne me devais de choisir un camp pour celle-ci et ce choix était fait depuis un long moment. Mon père voulait que j’observe, mais je me devais d’agir. Je ne pouvais pas laisser Superman me prendre mes deux hommes.

Bruce me toucha les épaules et plongea son regard dans le mien. J’aurais préféré qu’il me prenne dans ses bras comme avant, mais sans doute avait-il une nouvelle amante. Nous avions beau être marié, jamais nous n’avions été fidèle l’un envers l’autre après son départ. Moi utilisant mon pouvoir de séduction pour arriver à mes fins et lui en utilisant Bruce Wayne comme couverture. J’avais horreur de celle-ci, il était tellement l’opposé d’un playboy sans cervelle. Il était beaucoup plus que ça. Il me demandait si j’étais en danger. Je me devais de lui répondre bien franchement. Je ne serais pas à Gotham sinon …

- J’ai reçu la visite de Superman à Nanda Parbat … il a trouver la forteresse … Sans la Kryptonite que tu m’avais donné je crois que je ne serais pas là pour te parler … il était impossible pour moi de rester là-bas , j’ai été dans l’obligation de disperser mes Ombres et les cacher partout … Il souffre atrocement et ces actes sont proportionnels à sa souffrance. Il ne s’arrêtera pas et je crois que tu le sais … ça ne doit pas être facile pour toi … c’était ton meilleur ami

Je touchais la joue de Bruce avant de glisser mes doigts sur sa bouche pour l'empêcher de parler. Ce geste n'était aucunement agressif, mais rempli de douceur. Je le regardais toujours. Je restais ainsi un moment avant de reprendre la parole.

- Tu m’as manqué … Je ne quitterai pas Gotham

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Juil - 16:09

Be well my love...until we met again


Talia aurait pu être une si bonne mère si elle n’avait pas été si dévouée à son père. Sa fidélité à la mauvaise personne était son seul défaut. Et pourtant, comment lui en vouloir ? Peu importe le genre d’homme qu’était Ras Al Ghul, il n’en était pas moins son père et j’étais mieux placé que quiconque pour savoir à quel point un enfant pouvait avoir son père en admiration. Peu importe l’âge de cet enfant d’ailleurs. Si j’avais la chance de pouvoir serrer le mien dans mes bras, ne serait-ce qu’une fois encore, j’aurais pour lui la même obéissance sans borne et le même respect éternel que celui que Talia vouait à son père. Mais maintenant que celui-ci ne semblait plus donner signe de vie depuis un certain temps déjà, j’espérais qu’elle reviendrait dans la vie de notre fils, et dans la mienne par la même occasion.

Mon coeur ne fit qu’un bond lorsque Talia avoua qu’elle m’aimait encore. J’avais tant espéré ce moment au fil des années sans qu’il ne vienne jamais. Et pourtant, dans aucun de mes rêves ce moment n’avait été aussi doux qu’il l’était à ce moment précis. Cela semblait si beau que je n’étais pas vraiment sûr de ce que j’avais entendu, et pourtant, Talia venait de le dire. Je m’approchais d’elle et je la serrais contre moi.

-Si tu savais combien de temps j’ai attendu que tu me le dises Talia. Moi aussi je t’aime et moi aussi je veux te protéger. Tu n’as pas besoin de fuir pour nous mettre en sécurité. Nous sommes tous plus en sécurité lorsque nous sommes ensemble. Damian te réclame. Il m’a demandé si j’avais de tes nouvelles pas plus tard que ce matin. Il s’inquiète pour toi. Et moi aussi. L’inquiétude, c’est là notre faiblesse et notre vulnérabilité.


Je voulais qu’elle reste. Je voulais qu’elle soit avec nous et que ce moment où je serrais ce corps contre moi, où je sentais la chaleur et les courbes généreuse de la seule femme que j’avais réellement aimé, ne s’arrête jamais. Si Talia et moi nous étions mariés, si nous avions eu un enfant ensemble, ce n’était pas le fruit du hasard où d’une lubie un peu folle, mais j’étais intimement convaincu que ma destinée était d’être à ses côtés. Elle venait de m’apporter la confirmation de ce que j’avais toujours su au fond de moi : elle était le seul et unique amour que je devais connaître.

Puis soudain, le rêve s’arrêta. Talia me fit part de l’attaque de Nanda Parbat et je commençais à entrer dans un véritable cauchemar. Elle n’était plus en sécurité. Elle avait failli mourir. Clark avait-il fait cela parce qu’elle était gênante, une forte tête, ou parce qu’elle était ce qui comptait le plus dans ma vie, au même titre que le reste de ma famille ? Je ne savais pas quel était le sentiment qui dominait ma personne à ce moment précis, l’inquiétude ou la colère. Clark savait pertinemment quelles sont les personnes qui comptent pour moi et là, il allait réellement me le payer. J’allais renverser son régime une bonne fois pour toute. Mais chaque chose en son temps. La priorité à ce moment était de mettre Talia en sécurité. Je ne pouvais souffrir de la savoir en danger. Je la serrais un peu plus fort contre moi et me penchais légèrement pour lui murmurer ces mots à l’oreille.

-Viens vivre au manoir avec moi… Avec Damian.


Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Juil - 3:21
Ce moment où il me serrait dans ses bras fut l’un des plus doux que j’avais eu depuis de longues années. J’avais eu un nombre incalculable d’amants, mais Bruce restait celui qui me faisait vibrer à une fréquence que les autres n’avaient jamais réussi à atteindre.  Je laissais cette sensation de papillons dans le ventre m’envahir alors qu’il parlait. Je l’écoutais attentivement, profitant de ce moment de rapprochement pour glisser ma main derrière sa nuque et la caresser en le regardant. Nous étions des amants maudits. Mon père n’était plus là, il avait disparu suite à sa demande d’observation. J’étais donc libre de faire se qui me plaisait. Je pouvais suivre les sentiments qui envahissaient mon être et ainsi être avec les deux hommes que j’aimais le plus au monde. Le chevalier noir voulait me protéger, mais je savais le sacrifice que cela impliquait pour lui. Si mon père revenait, j’aurais des comptes à rendre et l’issus de ce combat serait catastrophique pour plusieurs personnes.

Mon cœur se brisa en mille morceaux quand Bruce parle de Damian. Mon petit garçon me réclamait et demandait visiblement de mes nouvelles régulièrement à son père. Il avait probablement eu de la difficulté à répondre, n’ayant aucune réponse claire à lui fournir.  Mes deux hommes s’inquiétaient pour moi autant que je m’inquiétais pour eux et Bruce avait raison. Là résidait notre faiblesse à tout les trois. Il s’agissait d’un lien indestructible et tellement fort qui nous unissait. Je tournais la tête en laissant échapper une larme de mon œil gauche. Mon père m’avait frapper tellement de fois pour que je contrôle mes pleures que j’en avais perdu le compte. Je les gardais généralement pour mes appartements bien étouffés dans un oreiller pour que personne ne puisse entendre. Mais dans ses bras à lui, ma vulnérabilité pouvait faire face et se laisser aller. J’ignorais quoi répondre à ces premiers propos. Les émotions étaient trop intenses pour que je puisse dire quoique se soit à ce moment là.

Il me serrait un peu plus fort contre lui. Je sentais ses muscles sous son costume Haute Couture. Son corps n’avait absolument pas changé, appart probablement des cicatrices qui c’étaient ajoutés au fil du temps. Sa chaleur était si bonne et me réconfortait. J’essuyais ma larme quand il me faisait une proposition murmurée, comme s’il craignait que quelqu’un nous entendent.  Sa proposition fit hérisser le fin duvet qui recouvrait ma peau. Vivre au Manoir Wayne avec lui et Damian … et ces autres enfants. J’étais bien renseigné sur le sujet malgré tout. La proposition me tentait. La chute de Nanda Parbat avait tout amené avec elle et pas seulement mes Ombres. Superman avait détruit un nombre incalculable de souvenirs qui étaient gravés dans les pierres de cette forteresse cachée dans les montagnes. Je me souvenais de mon mariage avec Bruce et de nos entraînements ensemble. C’étaient des souvenirs qui m’étaient cher car j’adorais passer du temps sur les lieux de ces derniers. Mais, Superman avait détruit une bonne partie en laissant les montagnes s’effondrer sur Nanda. Mon père serait fou de rage s’il revenait.

Sans bouger , je laissais quelques secondes passées. De longues secondes qui s’éternisèrent sur une minute. Un silence pesant de sens et de sentiment semblait avoir envahi la pièce. J’ouvrais finalement la bouche pour lui donner ma réponse.

- Même si je disais non … tu ne me laisserais pas partir … Je vais donc accepter ta proposition. Ne t’en fais pas, mes Ombres ne vivrons pas au Manoir. Elles sont disperser partout dans Gotham et ne tuerons pas. J’ai donné des ordres clairs de suivre tes préceptes.


J’avais évité le sujet de Damian, la douleur dans mon âme, la culpabilité et la honte envers mon comportement étaient trop présentes pour que je puisse le mentionner. Il était mon fils unique et je l’avais laissé sur bien des plans. J’avais laissé mon père me manipuler et faire un enfant alors que son père n’était au courant de rien. Par la suite, il me l’avait enlevé pour l’élever à sa façon. C’est-à-dire dans la violence. Il m’avait obligé à me battre contre lui à chacun de ses anniversaires et le tuer pour pouvoir lui révéler le nom de son père. Moi j’étais allé le porter et j’étais partie sans me retourner. La douleur étant trop intense, j’hésitais à sortir des bras de Bruce car ses derniers semblaient me soutenir dans le peu de force mentale qui me restait. Je me sentais sur le point de craquer. J’avais gagné le fait de pouvoir vivre mon amour avec lui et mon fils … mais j’avais perdue ma maison et je me rendais compte que j’étais une personne horrible. Des larmes s’échappèrent de mes yeux pour couler sur mes joues sans que je ne puisse les retenir.

- D… Désolé

Ce sont les seuls mots que j’avais été capable de sortir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Aoû - 19:58

Be well my love...until we met again


Je serrais Talia dans mes bras. Rien au monde n'aurait pu me rendre plus heureux. Pourtant, quelque chose n'allait pas avec ce bonheur. Une humidité s'infiltrait dans le tissu de ma chemise Armani. Des larmes. Talia pleurait. Je la serrais plus fort contre moi. Tant pis pour le costume de Haute-Couture. Je n'avais jamais aimé ce costume de toute façon. Je glissai mes doigts dans ses longs et doux cheveux bruns, faisant s'envoler un parfum familier qui me rappelait les jours les plus heureux de ma vie. Je lui caressai lentement la tête, lui témoignant ainsi tout mon affection. Mon coeur était serré de voir, impuissant, les larmes de la jeune femme. J'avais beau être habitué aux femmes, à leurs pleurs chaque fois que je mettais fin à une relation, mais je ne pourrais jamais m'habituer aux larmes de Talia. Elle comptait tellement à mes yeux, ses larmes me blessaient plus que des centaines de lames de couteaux.

-Ne t'excuse pas Talia. Tu as fais ce que tu pensais être le mieux. Le mieux pour toi, pour moi, et surtout pour Damian. Personne ne t'en veux. C'est du passé maintenant, nous resterons ensemble.

Quel soulagement de savoir qu'elle acceptait de venir vivre près de nous. Et pourtant, je ne me faisais guère d'illusions. Talia était un être libre, un oiseau que l'on ne pouvait pas mettre en cage. Je savais qu'elle finirait par partir. Essayer de la retenir serait aussi vain que d'essayer d'attraper de la fumée avec les mains. Peu importe. Pour l'instant, elle était là. Elle était à moi et je comptais profiter de chaque instant passé avec elle.

-Maintenant tu n'as plus rien à craindre.

Sur ces mots, j'apposai un long et langoureux baiser sur ses lèvres. Une sensation étrange m'envahit l'estomac et le ventre. J'avais des papillons comme si j'étais en train de l'embrasser pour la toute première fois. Un doux sentiment d'abandon emplit entièrement mon corps. J'aurais voulu que cet instant ne finisse jamais. Il le faudrait pourtant, j'avais deux autres rendez-vous dans l'après-midi et je devais déjà être en retard... Sauf si... J'éloignais mon corps de celui de Talia pour un moment qui me sembla une éternité. Je m'approchai du bureau et décrochai le téléphone.

-Claudia, veuillez annuler mes rendez-vous de l'après-midi s'il vous plait. Un petit imprévu.


Puis, je retournai à Talia, la serrant à nouveau contre moi, faisant glisser mes doigts de ses épaules jusqu'à ses reins.

-Maintenant je suis tout à toi.

Et je l'embrassai à nouveau.

Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Aoû - 3:05
Les paroles de Bruce étaient douces à mes oreilles. Personne, mise à part lui, ne pouvait tenir de tel propos. Lorsqu’il m’embrassa langoureusement, je crus fondre dans ses bras. Cette douleur et cette nostalgie interne semblait vouloir disparaître, mais elle restait présente comme une douce mélancolie. Quand Bruce se détacha de moi pour prendre le téléphone, j’eus un léger sourire. La douleur de ma rencontre avec Superman refaisait surface. Après tout, il m’avait tuer l’espace d’un instant. J’étais morte d’une hémorragie interne. Le Lazare avait certes guérit mes blessures, mais les douleurs physiques et psychiques prenaient toujours du temps à se refermer.

Quand l’homme de ma vie me serra à nouveau contre lui et m’embrassai, je crispais mon corps. J’avais l’impression que mes os se rompaient comme sous l’impact de Superman. Je restais ainsi de longues secondes avant de finalement pousser Bruce et m’éloigner de ce dernier. Je le faisais à contrecœur. La douleur me charcutait le corps, tout comme les images de mon altercation avec Superman. L’impression de sentir mon aorte abdominale se rompre rendit mes jambes molles. Je m’appuyais sur le bureau en respirant fortement et en gémissants de douleur. Les larmes coulaient sur mes joues. Si je n’avais pas été plongé dans ce maudit puits … Je n’aurais jamais souffert ainsi. J’étais partie trop rapidement de Nanda Parbat, je n’avais pas eu le temps de faire ma convalescence. J’étais directement partie pour Gotham … pour le retrouver. Je tâchais cependant de faire le moins de bruits possible. Sa secrétaire allait se poser de sérieuses questions sinon.

- Je … Le … puits … le Lazare…

Je m’affalais à genoux en haletant en tenant mon corps. Je n’avais pas réussi à sortir d’autres mots. J’espérais qu’il comprendrait. Je devais lui expliquer se qui c’était produit avec Superman. Il devait savoir qu’il était sans pitié même avec la Ligue, qui elle, ne c’était aucunement mêlée à ce conflit. Je commençais à me sentir mieux, que la vague de douleur me repris. Mon corps tremblait. J’aurais dut me douter que je n’étais pas comme mon père. Je n’avais pas l’habitude, mais je comprenais beaucoup plus son isolement. Les douleurs n’avaient jamais été aussi intenses. J’avais l’impression de mourir une seconde fois.

- Je suis … désolé…

Mes bracelets tintaient au rythme de mes tremblements. J’étais en diaphorèse complètement. La douleur commença à se calmer et je reprenais mes esprits doucement. Je coyais des points noirs et la tête me tournait. Je devais me ressaisir. J’étais cependant incapable de relever la tête pour le regarder. J’avais perdu la notion de l’espace ignorant où il se trouvait.

-Bruce…




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Aoû - 16:28

Be well my love...until we met again


Lorsque Talia s'effondra, ma première réaction fut de me jeter à ses pieds, fou d'inquiétude pour la secourir. La voir souffrir ainsi me fendait le coeur. Peut-être était-ce un instinct que j'avais développé en endossant le costume de Batman des années durant, mais je ne supportais pas être impuissant face à la douleur d'une personne, plus encore lorsque cette personne est la femme que j'aime et qui obsède mes pensées depuis plus de dix longues années.

Mon second réflexe fut de décrocher le combiné du téléphone pour appeler les urgences, mais lorsque je l'entendis expliquer tant bien que mal l'origine de ses maux, je ne pus que raccrocher. Peu importe les soins que l'on pourrait lui donner, personne ne pourrait lui venir en aide. Je la pris par la taille et passai son bras autour de mon cou. Je l'aidais à se mouvoir et à passer la porte du bureau. La secrétaire ouvrit la bouche pour protester de mon départ, mais je l'arrêtai aussi net.

-Ce n'est vraiment pas le moment Claudia!

Mon ton pouvait sembler sec, je lui présenterais mes excuses le lendemain, je m'en fis intérieurement la promesse, mais à cet instant, j'étais trop paniqué pour me rendre réellement compte des choses. Nous entrâmes dans l’ascenseur et j'appuyai sur le bouton indiquant le rez-de-chaussée.

-Tiens bon Talia, je te ramène au manoir.

Je l'installai le plus confortablement possible dans ma voiture. Je lui appliquai mon manteau sur le corps de façon à la protéger un peu de la pression de la ceinture de sécurité. Au diable les limitations de vitesses. Nous étions en plein milieu de l'après-midi et l'heure de pointe était loin, il n'y avait presque personne dans les rue, ni sur la route. J'appuyai sur l’accélérateur, et priai pour ne pas me faire arrêter pour excès de vitesse.

Un quart d'heure plus tard, nous étions garés dans la coure du manoir. Alfred, qui avait entendu la voiture arriver et qui se trouvait surpris de me voir rentrer si tôt, vint à mon encontre pour me porter assistance.

-Alfred, allez préparer une chambre.

Je détachai Talia et la pris dans mes bras. Je la portai à l'étage et l'allongeai dans le lit de la chambre d'amis, chambre située juste à côté de la mienne. Le matelas était moelleux et j'espérais que cela atténuerait ses douleurs.

-Alfred, veuillez apporter à Madame Al'Ghul une bouillotte pour atténuer ses souffrances je vous prie.

Pendant que mon majordome s'afférait à faire bouillir de l'eau, je m'agenouillai au chevet de Talia. Ainsi, elle était morte. Quelques minutes seulement, mais elle était morte. En mon fond intérieur, je savais comment, mais j'espérais me tromper. Il fallait que je l'entende de sa bouche. Je lui pris délicatement la main. Cette même main dorée où je lui avais autrefois passé un anneau pour lui témoigner de mon amour. Je déposai doucement un baiser sur le dos de cette main.

-Talia, mon amour, qu'est ce qu'il s'est passé? Dis-moi, j'ai besoin de l'entendre...

Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Aoû - 19:25
Je sentais simplement Bruce m’aider à me relever. Il avait dût comprendre se que j’avais fait. Mais, je n’avais pas eu le choix d’utiliser le Lazare c’était ça ou laisser Superman gagner. Il me ramenait au manoir, je n’y avais mis les pieds qu’une seule fois dans toute mon existence. C’était un endroit absolument magnifique. Il ragea contre sa secrétaire, se qui me fit légèrement sourire malgré la douleur. Il était vraiment un pur justicier. Il ne pouvait résister à venir en aide à quelqu’un dans le besoin. Je n’allais pas me plaindre. J’étais installé dans la voiture confortablement avec sa veste Armani contre mon corps pour éviter la friction de la ceinture. C’est dans cette voiture que la douleur augmenta et me fit perdre complètement connaissance. Je n’étais plus là. Je ne comprenais rien.

J’ouvrais de nouveau les yeux alors que j’étais dans les bras de Bruce. Il m’amena dans une chambre adjacente à la sienne. Je me laissais déposer dans le lit confortable et moelleux. Je poussais un soupir de soulagement. Je retirais mes bijoux et les déposais sur la table de chevet près de moi. Bruce demande une bouillotte à son majordome. Je n’allais pas me plaindre de cette attention délicate de sa part. Puis le regard de mon homme changea. Quelque chose le tracassait. Je le laissais prendre ma main doucement et déposer un baiser sur celle-ci. J’eus un petit sourire. J’étais épuisée, le voyage avait été des plus longs, sans compter les douleurs qui arrivaient n’importe quand. Encore quelques jours et elles auront complètement disparu. Peut-être moins si j’avais de la chance. Puis, il avait sortie LA question. Qu’est-ce qui c’était passé à Nanda Parbat. Je laissais de longues minutes s’écouler. Alfred eu le temps de me ramener la bouillotte que je calais contre mon corps. Je gardais encore le silence en laissant ma main dans la sienne. Je n’avais pas envie d’omettre des détails.

- C’était le soir … Il y a quelques semaines … J’étais dans ma chambre tranquille en peignoir à faire des broutilles sans aucune importance. Un de mes hommes est venu me chercher car nous avions un intrus dans la cours. J’ai pris mon sabre sans vraiment prendre la peine de m’habiller. Je ne voyais pas le luxe que ça aurait de mettre ma combinaison alors que j’allais tuer quelqu’un …  Quand les porte se sont ouvertes Superman était là au milieu de la cours. Fier comme un paon. Il voulait discuter qu’il disait … Je l’ai entrainé à l’intérieur et amener dans mes appartements car le morceau de kryptonite que tu m’avais donné y était…

Je marquais une longue pause. Je surveillais le regard de Bruce et son visage. Elle caressait sa main doucement. Un long soupir sorti de ma bouche suivit d’un gémissement de douleur. Mon bras cette fois qui me faisait souffrir. Ça avait de quoi rendre fou. Je reprenais doucement le contrôle pour continuer mes paroles.

-Il a rapidement insisté sur le fait que Ligue devait faire un choix de camp. Je lui ai clairement spécifié qu’à l’heure que nous parlions aucune décision n’avait été prise … Je l’ai mis en garde contre ses actes en cours … Il a insisté sur ma réponse. J’avais déjà choisi, il rompait l’équilibre Bruce. Je ne pouvais pas le laisser faire. J’ai donc dit que la Ligue ne le suivrait pas dans ses idées de grandeur … Sa réponse fut violente, il a menacé de te faire souffrir et de faire du mal à Damian… Il a détruit la forteresse et tuer un nombre important de mes effectifs. Je me suis caché en descendant dans la montagne. Je l’ai attiré au puits de Lazare. Je savais parfaitement que je ne survivrais pas si je quittais Nanda Parbat. Il allait me tuer … Il … Il avait détruit le seul endroit au monde où je me sentais chez moi Bruce …

Le plus difficile restait maintenant à dire. Bruce n’allait pas aimer se qu’il allait entendre. Je fuyais le regard de Bruce et je me contentais de regarder le plafond.

- Il … il m’a agrippé à gorge avec son regard totalement dément. Ces yeux rouges me fusillaient.  Il m’étranglait de plus en plus et j’ai perdu connaissance quelques secondes. Il m’a laissé tomber et a brisé ma cheville avant de me balancer contre un des murs de pierres avec force. Sous cet impact j’ai sentie quelque chose se rompre en moi. Mes os étaient fracturés et je faiblissais à vu d’œil d’une hémorragie massive … C’est là que je suis morte. Une de mes ombres m’a amené dans le puits et j’en suis ressortie. À partir de ce moment tout est floue … J’ai utilisé la kryptonite sur lui … mais je … je … Je suis tellement désolé. Si j’aurais eu d’autres options j’aurais fait de meilleurs choix mais … Ah Bruce … Si tu savais comme je m’en veux…

Les larmes coulaient de manière incontrôlable sur mes joues pour atterrir sur l’oreiller.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Sep - 8:45

Be well my love...until we met again



Au fur et à mesure du récit de Talia, la colère me gagnai. Mes poings se serraient jusqu’à ce que mes ongles s’enfoncent dans la paume de ma main. La douleur que cela provoquait me permettait de ne pas exploser devant Talia. À cet instant, s’il avait été devant moi, je crois que j’aurais pu le tuer. J’aurais pu renier mes principes à ce moment. J’essayai de me raisonner en me disant que si je cédai à ces pulsions, je deviendrais comme Superman. Peut-être même, comme lui, je ne serais plus capable de m’arrêter et que je deviendrais un criminel… Mais que cherchait-il à la fin ? Pourquoi vouloir me blesser à tout pris en utilisant les personnes que j’aime ? Voulait-il que je me joigne à lui ? Il avait été mon meilleur ami autrefois mais au fur et à mesure des mois, je me rendais compte qu’il n’était plus la personne que j’avais connu autrefois. Clark Kent était mort.

Je restai au chevet de Talia. Des larmes comme des perles roulaient sur ses joues. Ses yeux rouges exprimaient la peur et le désespoir. Étrangement, la voir ainsi, semblant si fragile alors qu’elle est généralement si forte, me poussait à m’apaiser pour la rassurer. D’un geste tendre, je lui caressai le front et lui susurrai des mots doux à l’oreille.

-Ne t’en fais pas mon amour. C’est fini maintenant. Je ne laisserai plus personne te faire de mal. Il faut que tu te reposes maintenant.

Son teint habituellement doré et lisse me semblait extrêmement pâle et fatigué. Cela devait être normal après tout ce qu’elle avait vécu, je suppose. Je ne voulais pas l’inquiéter davantage. Pouvait-elle percevoir mon anxiété ? Mon coeur battait fort. Je n’avais pas vu Damian depuis la fin de notre entraînement, en début d’après-midi. J’espérais au fond de moi qu’il était resté sagement au manoir comme je le lui avais demandé. Après tout, depuis que j’étais rentré, je ne l’avais pas réellement cherché, mais j’aurais pensé que, lui qui était toujours aux aguets, aurait entendu l’agitation qui régnait dans la maison et qu’il serait venu accueillir sa mère. Elle lui avait tellement manqué. Il serait heureux de la voir, même si elle était faible. Il serait plus heureux encore de savoir qu’elle ne nous quitterait jamais plus. Seulement, le récit de Talia montrait que Clark avait dans l’intention de s’en prendre à toutes les personnes que j’aimais et je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine angoisse en ne sachant pas où il se trouvait à cet instant même. Alfred avait apporté la bouillotte pour Talia et je le suivis en dehors de la pièce pour lui demander :

-Alfred savez-vous où est Damian ?

-Je ne l’ai pas vu depuis ce matin Monsieur. Il me semble qu’il est sorti.

Une profonde angoisse me saisit. Je le lui avais interdit pourtant ! Mais je connaissais Damian et je savais ne pas avoir sur lui autant d’autorité que je l’aurais voulu. Encore une fois, je devais calmer mon angoisse et rassurer tout le monde. Le poids des événements commençait à être lourd, même pour moi.

-Veuillez l’appeler Alfred. Dites lui de rentrer immédiatement. Sa mère est au manoir.

-Bien Monsieur.


Je retournai près de Talia. J’espérais que Damian serait là très bientôt aussi.

-Je serai toujours avec toi mon amour.

Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Talia Al Ghul
Talia Al Ghul
Dirigeante de la Ligue des Ombres
Messages : 77
Date d'inscription : 12/06/2018
Age : 29
Localisation : Nanda Parbat
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Sep - 18:04
Je ne m'étais pas trompée, Bruce était dans une colère noire et son stress était des plus palpables. Je gardais la bouillotte que le majordomme avait apporté. Alfred était un pillier pour Bruce et son allié le plus fidèle. Je commençais à me détendre et je prenais la main de mon amour avec douceur en enlaçant mes doigts dans les siens. Ainsi il me promettait de toujours être présent pour moi. J'en étais touché. Je respirais doucement alors que je sentais la douleur recommencer à me tirailler les entrailles. De la sueur commença à perler sur mon front et je me remettais à trembler. Foutue puits ... foutue choix de merde. Je me remettais à gémir de douleur par intermittence, ça augmentait toujours. Je savais que les douleurs vers la fin était pratiquement intolérables. J'avais entendu mon paternel hurler plus d'une fois dans ma vie sous les effets du Lazare et cette fois c'était mon tour. Dire que j'avais oser infliger une telle douleur à mon fils. Je ne pus retenir un cris qui me fit plier en deux dans le lit. Je ne lâchais pas la main de Bruce. Impossible ... j'avais besoin de lui.

Alfred : Monsieur... puis-je suggérer une dose de dilaudid ou de fentanyl en intra-veineuse ?

Je n'avais jamais vu quelqu'un tenter d'utiliser la médecine moderne pour contrer les douleurs du Lazare. Mon père disait toujours que la douleur rendait plus fort et qu'elle faisait partie du processus. J'hurlais de nouveau sans pouvoir me retenir et cette fois je me mettais à pleurer. Il fallait que ça cesse j'allais devenir folle.

- BRUCE FAIT QUELQUE CHOSE !

J'avais probablement crier mes paroles tant je n'en pouvais plus. Mon ton de voix avait été à la fois agressif et suppliant. Pauvre Bruce. Une nausée me prit et je vomis sur le plancher près du lit. Par chance , je n'avais rien été capable d'avaler appart de l'eau depuis plusieurs jours. Le pantalon de Bruce était probablement fichu par les éclaboussures. Cette fois j'étais morte de honte et je parlais en tâchant de reprendre mon souffle.

- Je suis désolé ... je suis désolé ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Bruce Wayne / Batman
Bruce Wayne / Batman
Nouveau Joueur
Messages : 41
Date d'inscription : 01/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Sep - 21:15

Be well my love...until we met again


J’avais réellement mal au coeur de voir Talia si souffrante. Pire encore, je m’en voulais de ne pas être capable de lui apporter un peu de réconfort. Je lui avais fait porter une bouillotte, donné le matelas le plus moelleux de tout le manoir pour essayer de la calmer, dans la panique, je n’avais même pas pensé à lui donner un anti-douleur. Mais quelle cruche je pouvais être ! La chose la plus évidente qui soit et je n’y avais même pas pensé ! Je m’en voulais de la regarder souffrir ainsi sans même avoir songé à la soigner. Heureusement qu’Alfred était là. Je ne savais pas quels effets auraient les médicaments sur l’organisme de Talia, étant donné que la médecine moderne avait rarement rencontrés des cas tels que celui-ci, il était possible qu’ils n’aient aucun effet. Je devais néanmoins essayer. Ils ne pouvaient pas lui faire de mal. Mais vu son état… Il faudrait sûrement plus qu’un doliprane…

-Merci Alfred. Apportez-lui ce que nous avons de plus fort dans notre armoire à pharmacie.

Vu ce que je pouvais ingurgiter comme médicaments depuis que j’étais devenu Batman, je ne doutais pas qu’Alfred avait de quoi assommer un cheval. Au moins, cela la ferait peut-être dormir un peu. En l’absence du majordome, je continuais de caresser la main de la jeune femme et je tentais de l’apaiser avec des mots doux.

-Tu es ici chez toi Talia. Ce manoir est à toi. Ta famille est près de toi. Ton fils arrivera bientôt. Nous allons bientôt avoir une vie de famille normale. Tu ne seras plus jamais seule. Nous nous protégerons les uns les autres et tout ira bien, je te le promets. Je t’ai toujours aimé Talia. Depuis le premier jour où je t’ai rencontré, tu es devenue ma raison d’exister. Quand tu es partie, mon coeur n’a jamais autant saigné. Il n’y a pas u jour où je n’ai pas pensé à toi, où je n’ai pas espéré te retrouver… où je ne m’en suis pas voulu de t’avoir laissé partir. Je ne referai plus jamais cette erreur Talia. Je n’ai jamais cessé de t’aimer…

Alfred revint avec une gélule et un verre d’eau.

-Ne réponds pas Talia. Bois. C’est tout ce que je te demande.

Je l’aidai à se redresser en position assise afin de pouvoir avaler le médicament.  Elle tremblait. Elle souffrait tellement… Une fois qu’elle eut pris le médicament, je sentis son corps se détendre jusqu’à être mou dans mes bras. Je l’allongeait à nouveau, lui posant la tête sur l’oreiller en plume d’oie. Les spasmes avaient cessés, elle semblait enfin détendue. Je pris la couverture qui était pliée au pied  du lit. Une couverture en polaire, toute douce. Je l’étendis sur le corps de ma chère Talia et je lui déposai un baiser sur le front.

-Dors bien mon amour…

Je sortis le la salle sur la pointe des pieds pour ne pas la réveiller. Elle avait besoin de dormir. Surtout avec ce qui nous attendrait bientôt. Clark ne s’arrêterait pas là. J’en étais persuadé.

Bruce Wayne feat. Talia Al'Ghul

Codage by LaxyDunbar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde ( Zone RPG ) :: Gotham City-
Sauter vers: